ACTUALITES

FRANCAISES

INTERNATIONALES

BFM

  • Avec le beau temps, comment bien choisir sa crème solaire ?
    le 21 juillet 2024

    Si le soleil est bénéfique pour le moral, il l’est beaucoup moins pour la peau. Sans protection, l’exposition prolongée au soleil peut entraîner des brûlures, un vieillissement cutané prématuré et surtout, accroître le risque de cancer de la peau, d’où l’intérêt de choisir une crème solaire adaptée.

  • Comment lutter contre le mal des transports ?
    le 20 juillet 2024

    Vous ne connaissez peut-être pas son terme médical mais la cinétose recouvre des troubles que l’on a quasiment tous vécus, même furtivement dans sa vie : il s’agit du mal des transports. Que ce soit en voiture ou en bateau, cette sensation de malaise, avec des nausées, parfois des vertiges, est en fait une maladie du mouvement liée à une réponse inadaptée du cerveau qui n’arrive plus à anticiper. Voici quelques astuces pour lutter contre le mal des transports. 

  • VIH: un septième cas de guérison probable après une greffe de moelle osseuse
    le 19 juillet 2024

    Diagnostiqué séropositif en 2009, un Allemand de 60 ans n'a désormais plus aucune trace du virus dans son organisme.

  • Obésité: les autorités sanitaires mettent en garde sur les risques du ballon gastrique Allurion
    le 18 juillet 2024

    Le principe de ce ballon est proche d'un anneau, en réduisant la place disponible pour de la nourriture dans l'estomac, mais nécessite peu ou pas de chirurgie. Selon l'ANSM, de graves effets secondaires ont été signalés.

  • Covid-19: où en est l'épidémie en France?
    le 17 juillet 2024

    Face la pandémie de Covid-19, l'exécutif a expérimenté plusieurs stratégies en fonction de la situation sanitaire sur le territoire. En France comme dans d'autres pays européens, les chiffres sont surveillés au quotidien pour anticiper les rebonds épidémiques et éviter une catastrophe hospitalière : nombre de cas, taux d'incidence, taux de reproduction (ou R), nombre de morts. La courbe du nombre de personnes en réanimation inquiète chaque fois qu'elle atteint de nouveaux seuils. Après le confinement strict de la première vague, de nouvelles mesures sanitaires ont été prises alternativement : confinements partiels, couvre-feu, restrictions de déplacement, port du masque obligatoire, fermeture des restaurants, commerces, écoles, lieux culturels... La deuxième et la troisième vague seront-elles suivies d'une quatrième ? La vigilance est renforcée tandis que le nombre de contaminations augmente. Les Français, dont la vie quotidienne est bouleversée, suivent chaque allocution du président de la République et chaque conférence de presse du Premier ministre, diffusées en direct sur BFMTV. La maladie Covid-19, provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 (acronyme de severe acute respiratory syndrome coronavirus 2), est à l'origine de la plus importante pandémie mondiale depuis un siècle. Apparu en 2019, ce nouveau virus a d'abord sévi en Chine avant de se propager partout à travers le monde. Provoquant notamment des symptômes respiratoires pouvant être très graves, il a rapidement entraîné une saturation des services de réanimation des hôpitaux. Pour éviter de recourir au tri des patients et freiner le nombre de décès, la plupart des gouvernements ont été contraints de prendre des mesures radicales et de mettre des régions en quarantaine. En France, le confinement a été décrété le 17 mars 2020 par le président Emmanuel Macron, quelques semaines après l'Italie et l'Espagne, également très touchés par l'épidémie. L'OMS a déclaré l'état de pandémie le 11 mars 2020. L'arrivée d'une deuxième vague puis d'une troisième vague en 2021 contraignent régulièrement le gouvernement à prendre de nouvelles mesures. Alors que la vaccination tarde, le virus mute et certains variants semblent plus contagieux ou plus résistants. Une course contre la montre s'engage pour endiguer l'épidémie sans mettre l'économie à l'arrêt.

  • Covid-19: une infection ou un vaccin en début de grossesse ne font pas risquer de malformation au bébé
    le 17 juillet 2024

    Une étude publiée dans la revue "British Medical Journal" ce jeudi 18 juillet indique qu'un bébé ne court pas de risque particulier de malformation à la naissance si sa mère a été vaccinée ou infectée en début de grossesse.

  • Toulouse: un patient atteint d'un cancer victime de lésions graves après une surdose de radiothérapie
    le 17 juillet 2024

    Un patient soigné l'été dernier pour un cancer a subi des "lésions majeures" en raison d'une surdose de radiothérapie. Les médecins n'avaient pas pris en compte un précédent traitement.

  • Malaise, tachycardie, AVC... L'Anses alerte sur les risques des compléments alimentaires enrichis en protéines
    le 17 juillet 2024

    Plus de 150 cas d'effets indésirables ont été signalés depuis 2016. Deux personnes sont mortes et quatre ont vu leur pronostic vital menacé.

  • "Les conditions sanitaires ne peuvent pas être respectées": le maire de Palavas-les-Flots interdit la vente de glaces sur la plage pour des raisons sanitaires
    le 17 juillet 2024

    La mairie de Palavas-les-Flots a décidé d'interdire la vente de glaces sur les sept kilomètres de plages. Christian Jeanjean, maire de la ville dénonce des conditions sanitaires qui ne peuvent pas être respectées correctement, en évoquant principalement la chaîne du froid.

  • Crampes, nausées... Des randonneurs intoxiqués après avoir consommé de l'eau sur le GR20
    le 15 juillet 2024

    Plusieurs randonneurs du sentier GR20 en Corse ont souffert de fortes douleurs après avoir consommé de l'eau à proximité du refuge de l'Onda. Le Parc naturel a émis samedi des consignes pour éviter ces intoxications.

  • Recette de l'été avec un chef: Œufs mayonnaise à la boutargue corse
    le 15 juillet 2024

    Pour notre recette estivale du jour, nous vous proposons des œufs mayonnaise à la Boutargue Corse sur son lit de pousses d’épinards, une recette de Nordine Labiadh, chef du restaurant À Mi-Chemin à Paris. 

  • Rhume, rage de dents, dos bloqué... Quand la "maladie des loisirs" vient gâcher les vacances
    le 15 juillet 2024

    Ils tombent malades alors que les vacances débutent... La "maladie des loisirs" est induite par le fait de relâcher ses muscles et la pression du travail, rendant le corps plus susceptible de tomber malade.

  • Bracelets, lunettes... Les "gadgets" contre le mal des transports sont-ils vraiment efficaces?
    le 13 juillet 2024

    Ce samedi 13 juillet, de nombreux Français vont prendre la route, le train ou l'avion pour partir en vacances. Pour ceux pour qui voyage rime avec nausée, l'envie de se tourner vers des gadgets accessibles sans ordonnances et peu coûteux semble séduisante. L'effet n'est pourtant pas toujours au rendez-vous.

  • "L'espèce d'Europe la plus invasive": comment le moustique tigre a colonisé la France métropolitaine en 20 ans
    le 13 juillet 2024

    Originaire d'Asie du Sud-Est, le moustique tigre a été détecté entre 2004 et 2023 dans l'ensemble des régions de l'Hexagone. Problème? Il est vecteur de maladies comme le Zika ou la dengue dont le premier cas autochtone de 2024 a été signalé le 8 juillet dans l'Hérault. Retour sur son voyage de dizaines de milliers de kilomètres.

  • Covid-19: le variant Omicron
    le 12 juillet 2024

    Le variant Omicron est une nouvelle version du SARS-CoV-2 (le coronavirus à l'origine du Covid-19) qui a été identifiée fin novembre au Botswana, puis en Afrique du Sud. Sa particularité, c'est son nombre élevé de mutations par rapport à la souche initiale du virus, dite de Wuhan, et les précédents variants, comme le Delta, qui domine largement les contaminations mondiales depuis l'été 2021. On ne sait pas précisément où et comment est apparu Omicron. Une hypothèse séduit de nombreux scientifiques: le virus aurait peu à peu muté à bas bruit dans l'organisme d'une personne immunodéprimée, un processus qui aurait mis plusieurs mois pour aboutir à une version nettement différente de la souche initiale. Ce nouveau variant est manifestement très contagieux. Il se propage "à un rythme que nous n'avons jamais vu avec aucun autre variant" et "se trouve probablement dans la plupart des pays", a averti mi-décembre Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'Afrique du Sud et ses voisins ont enregistré une flambée de cas de Covid avec l'arrivée d'Omicron, qui a aussi connu une avancée fulgurante dans plusieurs pays européens. C'est le cas du Danemark et du Royaume-Uni. Plus largement, Omicron pourrait être dominant en Europe d'ici à la mi-janvier, selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Va-t-il définitivement remplacer Delta? C'est une forte probabilité mais les scientifiques évoquent d'autres possibilités: qu'Omicron supplante un temps son prédécesseur mais finisse par lui laisser à nouveau la place ou que les deux variants coexistent comme c'est le cas pour certaines souches du virus de la grippe saisonnière. Source d'inquiétude: les mutations d'Omicron sont de nature à considérablement réduire l'immunité par anticorps contre le virus. Conséquence: il peut probablement réinfecter des personnes précédemment atteintes du virus et contaminer un nombre important de vaccinés. Plusieurs études récentes, faites en laboratoire, appuient cette dernière hypothèse. Elles montrent que le taux d'anticorps s'effondre face à Omicron chez des vaccinés avec Pfizer/BioNTech, Moderna, et, plus encore AstraZeneca ou Sinovac. Certes, une dose de rappel semble relancer nettement l'immunité par anticorps, comme l'ont notamment annoncé Pfizer et BioNTech, mais on est très loin de savoir à quel point cet effet perdure dans le temps. Toutefois, cela ne signifie pas que les vaccins perdent toute leur efficacité. Car les anticorps ne sont qu'un des volets de la réponse immunitaire, qui passe aussi par des cellules appelées lymphocytes T. Plus difficile à mesurer, cette "immunité cellulaire" n'en joue pas moins un rôle très important, notamment contre les formes graves de la maladie. De fait, une étude publiée en Afrique du Sud laisse penser que le vaccin Pfizer/BioNTech reste plutôt efficace contre les formes graves générées par Omicron, y compris après les deux premières doses.